Seuil

  • Dix ans après La Solitude des nombres premiers, un adieu à la jeunesse dans un bouleversant roman d'amour et d'amitié.

    Chaque été, Teresa passe ses vacances chez sa grand-mère, dans les Pouilles. Une nuit, elle voit par la fenêtre de sa chambre trois garçons se baigner nus dans la piscine de la villa. Ils s'appellent Nicola, Bern et Tommaso, ce sont « ceux de la ferme » d'à côté, jeunes, purs et vibrants de désirs. Teresa l'ignore encore, mais cette rencontre va faire basculer sa vie en l'unissant à ces trois « frères » pour les vingt années à venir, entre amours et rivalités, aspirations et désillusions. Fascinée par Bern, personnage emblématique et tourmenté, viscéralement attaché à la terre somptueuse où il a grandi, elle n'hésitera pas, malgré l'opposition de sa famille, à épouser ses idéaux au sein d'une communauté fondée sur le respect de la nature et le refus du monde matérialiste, à l'image de la génération des années 90, tiraillée entre le besoin de transgression et le désir d'appartenance, mais entièrement tendue vers l'avenir, avide de tout, y compris du ciel.

  • Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair. Mattia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres. De ladolescence à lâge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de seffleurer et de séloigner dans leffort deffacer les obstacles qui les séparent.Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter.Paolo Giordano est né en 1982 à Turin. Il prépare actuellement un doctorat en physique théorique. La Solitude des nombres premiers, prix Strega 2008, est son premier roman ; il est traduit dans de nombreux pays.Traduit de l'italien par Nathalie Bauer

  • Contagions

    Paolo Giordano

    • Seuil
    • 28 Mai 2020

    Alors que le monde, frappé par l'épidémie du coronavirus, traverse une crise sanitaire sans précédent, un écrivain prend la parole. Homme de lettres et de science, mais citoyen avant tout, Paolo Giordano nous offre un témoignage personnel et une réflexion dont la portée va bien au-delà des soubresauts de l'actualité, de l'inquiétude et de l'incertitude immédiates. Ni « accident fortuit » ni « fléau », l'épidémie du COVID-19, nous dit-il avec espoir, vigueur et lucidité, est un miroir dans lequel doit se réfléchir la société, et qui peut ainsi nous conduire à une prise de conscience salutaire : nous appartenons tous à une seule et même collectivité humaine, et nous sommes les hôtes d'une nature que nous avons trop longtemps négligée. À cet égard, la contagion est le « symptôme » d'un désordre écologique auquel nous ne sommes pas étrangers - mais face auquel nous ne sommes pas non plus impuissants.

    Un petit livre d'une grande sagesse, pour aujourd'hui et pour demain.

  • Madame A. s'inscrit dans la lignée des servantes au grand coeur, dévouées et vertueuses, celle des Félicité, des Françoise, des Babette. Engagée pour assister la grossesse difficile de Nora, elle a ensuite élevé avec amour le petit Emanuele et choyé son père, le narrateur, quand il restait seul en ville l'été pour travailler : elle fait donc partie de la famille et en est même la colonne portante. Aussi, quand elle s'éloigne discrètement pour affronter seule la maladie qui l'emportera bientôt, le monde semble s'écrouler. Nora et le narrateur s'aiment, mais cela ne suffit pas, ils se sentent soudain démunis, ne savent pas comment s'y prendre, et les humeurs de chacun prennent le dessus. Contrairement à ce qu'ils pensaient les lymphes qui coulent dans leurs veines respectives ne sont pas solubles l'une dans l'autre. Mais avant de les quitter définitivement, madame A. saura leur insuffler le courage de continuer à vivre leur vie.

  • Le corps humain

    Paolo Giordano

    Le peloton Charlie, envoyé en « mission de paix » en Afghanistan, rassemble des soldats de tous les horizons : Cederna, le fort en gueule, Ietri, son jeune « disciple », la blonde et courageuse Zampieri, Mitrano, le souffre-douleur, ou encore Torsu, à la santé fragile. Encadrés par un colonel vulgaire, un capitaine austère et ladjudant René, ils vont être confrontés au danger, à lhostilité, à la chaleur, à linconfort, à la rébellion du corps humain et au désuvrement à lintérieur dune base avancée, bastion fantomatique au milieu du désert. Mais aussi à eux-mêmes : à leurs craintes, leurs démons, leur passé qui les rattrapent. Une épidémie de dysenterie les rapproche du lieutenant Egitto, médecin qui vient de rempiler afin de fuir une histoire de famille douloureuse. Enfin, une opération à lextérieur de la base, qui se transforme en cauchemar, fait voler en éclats leurs certitudes.Plus quun roman de guerre, Le Corps humain est un roman dapprentissage où le conflit armé apparaît comme un rite dinitiation au monde adulte, et la famille comme un champ de bataille tout aussi redoutable.

empty